Parents : Réveillons-nous !

Qu’est-ce qui ne va plus !?!

« Aujourd’hui, on a pris la vie de ma fille et c’est un enfant qui l’a tuée… » Ces terribles mots sont ceux de la maman de Marjorie, une jeune fille de 17 ans, poignardée en plein cœur par un enfant de 14 ans. Un enfant de 14 ans !!!

Ces mots sont des maux, de malheur, de tristesse mais aussi de rage, que nous ne souhaitons à aucun parent de devoir prononcer ou vivre un jour. Trop de drames, trop de tragédies, trop de pleurs ! Et ça suffit ! Car si nous restons spectateurs, il y aura encore et encore de terribles malheurs.
De nombreux jeunes sont au plus mal. Ils se battent, s’entretuent, seul ou en bande organisée, nos enfants semblent ne plus avoir de repères et la violence va crescendo dans leur esprit avec des parents qui semblent ne plus rien maitriser face à cette jeunesse agressive.
Alors, nous ne pouvons pas éviter certaines interrogations. Parents, que faisons-nous ? Où se trouve notre responsabilité ?

Pouvons-nous toujours accuser les réseaux sociaux, l’État ou même la crise sanitaire de tous les maux de nos enfants ? Et nous, parents, où en sommes-nous dans tout ça ?

Ne serait-il pas temps de se repositionner, de reprendre notre place de parents au cœur de la vie de nos enfants, veillant sur eux ? Mais si à tout hasard vous estimez ne pas être responsables des actions de vos enfants, alors dites-nous qui est responsable ? Qui est responsable des actions d’un enfant dont vous êtes le représentant légal ? L’école instruit, l’État met à disposition des structures pour accompagner cette instruction, mais l’éducation première, celle qui inculque valeurs et principes nous incombe en tant que parents ! Tout se passe d’abord à la maison !

Aujourd’hui, nous en venons même à regretter ce bon vieux service militaire obligatoire ! Parce que, quoiqu’on en dise, la jeunesse, c’était quand même mieux dans les temps anciens. Celui où les meurtres d’enfants par des enfants se logeaient à la rubrique faits divers et non à celle d’un quotidien banalisé, quasiment habitué.

Alors oui, parfois ce n’est pas facile de se retrouver avec des ados rebelles. Ce n’est pas facile de devoir être derrière ses enfants quand on cherche à joindre les deux bouts ou quand on travaille toue la journée afin de subvenir aux besoins de la famille. Mais quitte à choisir, choisissons le bien ; le bien pour nos enfants. Prenons conscience et assumons plus que jamais notre responsabilité de parents parce que nous les aimons.

Est-ce la société que nous voulons léguer à nos enfants ? Une société où pour des mots, des regards, une bousculade, on tue, oubliant la valeur d’une vie, oubliant la douleur de deux familles ? Oui, parce que de part et d’autre ce sont des familles brisées et à jamais traumatisées.

Elle s’appelait Marjorie. Et nous avons une pensée émue pour sa famille, ainsi que pour toutes les familles meurtries dont nous n’entendons pas parler.

Armelle M.

♦ Nous avons besoin de vous, Soutenez notre site en faisant un don: https://fr.tipeee.com/simpleconstat

Partagez sur les réseaux