Quand les immigrés dérangent et… arrangent.

Le Monde est en perpétuel mouvement. Il bouge et les Hommes avec. De tous temps, l’immigration a toujours fait partie intégrante d’un monde en constante évolution et mutations, au grand dam de ceux qui le voient d’un mauvais œil et qui oublient même l’apport dans l’histoire, de tous ceux qui ont été et sont loin de chez eux. Oui ! N’en déplaisent à certains, l’immigration apporte aux Nations, même s’il est vrai qu’à longueur de journée, l’on entend des politiciens, des citoyens déblatérer le contraire ! Ces personnes qui ont pour message la non-fraternité et qui accusent l’immigré de tous les maux de la société. Mais il faut bien trouver un bouc-émissaire…

Un bouc-émissaire pour récolter des points de haine de quelques sympathisants, au nom d’un abject nationalisme qui tente de renvoyer l’image d’immigrés dangereux, profiteurs, ingrats, patibulaires…

On nous parle d’êtres humains, qui n’ont rien à faire ici et que certains préfèrent jeter à la mer comme si la Méditerranée avait un courant qui allait les faire échouer, vivants, sur leurs terres.
Mieux, on nous parle d’immigrés à qui l’on souhaite interdire le droit du sol, le droit de choisir pour leurs enfants, un prénom à leur convenance et même de mettre un peu en avant des folklores, objectivement non dérangeants, de leurs origines. Parce que oui ! Il y’a des origines. Des origines qui rappellent d’où ils viennent et qui les forgent ! Et cela n’empêche nullement de respecter les règles de leur pays d’accueil…

Justement, laissez-nous vous parler de ces hommes et femmes « immigrés », travailleurs et qui se tuent à la tâche, acceptant des boulots dits « ingrats »; vous savez, ces « boulots sales » dont personne ne veut.

Laissez nous vous parler de ces inconnus de 5h du matin que nous croisons dans les rues ou dans les transports en commun (tous les jours pour certains) qui, de plusieurs coups de balai, enlèvent, sous nos regards encore endormis, des poubelles remplies d’immondices, de vomis sur les trottoirs ou encore d’autres crottes de chiens que nous leur laissons.
Laissez-nous vous parler de ces hommes et femmes vaillants qui ont laissé leurs parents pour venir s’occuper des vôtres à domicile ou dans les maisons de retraite et qui souvent sont traités de tous les noms (nous n’allons pas les répéter ici) juste à cause d’une couleur de peau ou d’un accent différent.

Et que dire alors de ces femmes de ménage dont le travail harassant de jour comme de nuit dans vos bureaux, vos hôtels ou vos appartements n’est pas souvent reconnu à sa juste valeur. Ces femmes de ménages si mal rémunérées.

Nous pourrions continuer en vous parlant de ceux qui gardent vos enfants dans les parcs, qui font la plonge dans les restaurants ou mêmes de ceux qui nettoient vos derrières, vos toilettes et vos égouts.

Et dans ces immigrés, il y’a aussi des étudiants brillants, des avocats, des journalistes, des chefs d’entreprises, une élite… Oui ! Parce que l’immigré n’est pas que celui cité plus haut ! Et tous méritent le respect et participent à la vie sociale et fiscale de ce pays.

Alors, accuser les immigrés de tous les malheurs, n’est-ce pas simplement là un moyen détestable de calmer nos peurs ou de nous voiler la face sans jeu de mots?

Le monde devrait être un vaste village dans lequel chacun de nous trouverait sa place. Il ne s’agit bien évidemment pas ici du fameux remplacement mais juste d’humanité.

Et peut-être que si chacun se mettait à la place de l’autre, les mots Liberté, Égalité, Fraternité prendraient réellement et définitivement tous leurs sens sur une terre qui nous appartient tous.

par Armelle M.

Partagez sur les réseaux