#CAMEROUN – CAN… la fête entachée !

Alors que beaucoup semblaient parier pour un report de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), le coup d’envoi de cette 33 ème édition a finalement été donné depuis le 9 janvier dernier au Cameroun, grâce notamment à la détermination et à la persévérance, il faut le dire, du tout nouveau président de la fédération Camerounaise de football ( Fecafoot), Samuel Eto’o Fils. Mais aussi avec la détermination de tout un continent qui s’érigeait contre toutes les voix qui criaient au report! Oui, nous avons cru à la promesse d’une « CAN sucrée ». Mais ça, c’était avant…

Au grand bonheur de tous, cette CAN n’a donc pas été reportée, car disons-le, pour les Africains, cette compétition, avec la coupe du monde, reste l’un des rendez-vous de football les plus attendus! Deuxième pays le plus capé après l’Egypte, les organisateurs nous promettaient alors une « CAN sucrée ». Pour ceux qui n’auraient pas compris l’image, une CAN sans failles et merveilleuse! Hélas, depuis plusieurs matchs, c’est un goût à l’aspartame ( faux sucre), qu’on nous propose.

L’équipe du Cameroun

Un faux sucre que digère mal certaines fédérations et donc quelques sélections. Et en vous le disant nous avons bien conscience que tous les lecteurs ne seront pas du même avis que nous; mais nous vous le disons quand même.

Des injustices et des aberrations depuis le démarrage de cette CAN, il y en a eues. et c’est déplorable voire dans certains cas minable. Nous savons que certaines décisions sont venues directement de la CAF, mais cela n’enlève rien à la responsabilité partagée du pays organisateur, le Cameroun.

Sans parler du désastreux arbitrage du match Gabon / Burkina Faso, officié par un arbitre Marocain alors que le Gabon avait tenu en échec le « favori »Maroc. Et que dire de cette réelle injustice qu’a subie l’équipe des Comores et plus particulièrement son gardien… parce que oui messieurs, mesdames de la CAF et de la Fecafoot les règles d’un jeu ne sont pas à modifier au gré de vos émotions ou de vos envies. On ne change pas une règle en pleine compétition! Cette surprenante équipe des Comores, qui participait pour la première fois à la Coupe d’Afrique des Nations, ne méritait pas ça. Honte à vous! Et bravo aux Cœlacanthes que l’on voyait comme le petit poucet mais qui a fait preuve de bravoure et de talent. Quel coup-franc face au Cameroun! Ils sortent la tête haute.

Qu’à cela ne tienne! Que la fête continue même si elle est déjà bien entachée pour nous. Car votre faux sucre a vraiment du mal à passer!

Et pour conclure cet édito, nous avons une pensée émue pour toutes les familles pour qui la fête s’est transformée en deuil… suite au mouvement de foule qui a eu lieu en marge du stade d’Olembe qui accueillait le match Cameroun/Comores ce lundi 24 janvier.

Armelle M.

Partagez sur les réseaux