Ce « Pass » qui ne passe pas

C’est avec joie et non sans une certaine appréhension que dans quelques jours, en France, nous allons entamer la deuxième phase de déconfinement après un énième confinement. Oui, nous allons enfin être libres…ou presque le 19 mai prochain.

Nous pouvons déjà imaginer vos sourires à la terrasse d’un café ou d’un restaurant, seul ou accompagné sirotant tendrement votre verre ou devant un de ces bons plats qui vous manquait tant, discutant de votre liberté contrôlée. Euh…retrouvée, pardon! Mais derrière cette bonne nouvelle, plane cette idée de plus en plus pressante, voire oppressante, qu’ont les gouvernements, notamment celui de chez nous, de nous proposer la mise en place d’un pass sanitaire qui devrait prendre effet dès le 9 juin prochain; et qui nous permettrait d’accéder à certains lieux publics accueillant plus de 1000 personnes, comme les cinémas, les théâtres, les stades et autres festivals. Ils sont en train de nous dire qu’à long terme si nous n’avons pas de pass sanitaire nous ne pourrons peut-être plus aller où bon nous semble en toute liberté ?

Bon, nous n’en sommes pas encore là, quoique…certains pays et compagnies aériennes ont déjà décidé de mettre en place le passeport vaccinal pour les voyageurs. Et au vu des réactions et de la direction que ce débat suscite, force est de constater que nous n’y échapperons peut-être pas, car L’Assemblée nationale a voté en seconde délibération, dans la nuit du mardi 11 au mercredi 12 mai, le projet de loi de sortie progressive de l’état d’urgence sanitaire, qui encadre la mise en place du pass sanitaire. Et ce sera désormais au Sénat de se prononcer.

Alors c’est quoi exactement le pass sanitaire? Pour certains, une solution comme une autre à l’éradication de la pandémie et pour d’autres un moyen de contrôle et une terrible atteinte à nos libertés. Mais si nous nous en référons seulement au texte de loi, le pass sanitaire, d’abord réservé aux déplacements vers ou depuis l’étranger, doit permettre de conditionner l’accès aux grands événements à la présentation du résultat négatif d’un dépistage, d’un justificatif de vaccination ou d’une attestation de rétablissement à la suite d’une contamination. Le décor est donc planté. Et pour tout vous dire, en ce qui nous concerne , ce pass… ne passe pas, si nous ne nous arrêtons que sur le vaccin.

Il ne passe pas parce que comment concevoir que la population puisse être répertoriée en deux catégories: les vaccinés et les non vaccinés, ceux avec un pass qui pourront voyager, circuler et se rendre librement dans des lieux autrefois ouverts à tout un chacun et les autres qui n’auront pas ce fameux sésame et se retrouveraient recalés à l’entrée d’un lieu pour non-présentation de pass sanitaire?

C’est insensé ! Est-ce là ce que vous avez de mieux à nous proposer ? Est-ce vraiment ce monde divisé que vous souhaitez nous offrir ? Est-ce ce monde que vous souhaitez laisser aux futures générations ? Un monde où la considération de votre personne tiendrait sur une application sous format numérique ou d’un pass sous format papier? Vraiment ça ne passe pas! Non ce monde-là, nous n’en voulons pas, ni pour nous, ni pour nos enfants.

Vous nous direz que vous êtes libres et qu’il faudra la participation de tous pour en finir avec tout ça et recouvrer une vie normale. Nous, nous vous disons que la vie normale, ce n’est pas de créer des catégories ou des sous-classes sanitaires dans un pays déjà enclin à catégoriser les gens.

Nous, nous vous disons que la liberté c’est de profiter pleinement de cette vie, parce que nous n’en n’avons qu’une et que nous voulons la vivre libres! Voilà pourquoi ce « Pass »… ne passe pas.

Armelle M.

♦ Nous avons besoin de vous, Soutenez notre site en faisant un don: https://fr.tipeee.com/simpleconstat

Partagez sur les réseaux